Handicap et emploi dans la coiffure

À l’initiative de Christophe Creux, nous avons passé une journée à l’Institut National de Jeunes Sourds (INJS) de Paris, et rencontré les élèves du CAP coiffure.

C’était une surprise. Mardi 13 décembre au matin, alors que nous étions à Paris pour le Mondial de la Coiffure, Christophe Creux, de 2C2C Consulting, nous a donné rendez-vous rue Abbé de l’Épée. Une fois sur place, nous avons retrouvé ses collaborateurs, pour un événement « cohésion ». Il nous a annoncé que nous allions passer cette journée à l’INJS, où il avait lui-même enseigné la coiffure, voici quelques années, dans une promotion mêlant des étudiants entendants, sourds ou malentendants.

Motivation

Au cours de la matinée, des enseignants nous ont présenté l’institution et sensibilisés au handicap : comment naît-on sourd ou comment le devient-on, les différents niveaux de surdité, les moyens de protéger son audition, les outils qui existent pour compenser son affaiblissement, la langue des signes, les soucis qu’affrontent les sourds au quotidien… Et comment ils les dépassent, notamment dans le cadre d’un salon de coiffure… 2 heures particulièrement intéressantes, et éclairantes.

Après un déjeuner pris au réfectoire de l’établissement, nous avons passé l’après-midi avec les jeunes étudiants en CAP coiffure. Nous avons d’abord été interrogées par l’enseignante, elle-même sourde, sur nos motivations pour cette rencontre. Puis les élèves se sont présentés et nous ont exposé leurs projets professionnels, qui nous ont surpris par leur pragmatisme.

Mise en situation

Nous avons ensuite participé à un jeu de rôle, une des formatrices de 2C2C assumant celui de la cliente. De son accueil au salon, à l’établissement d’un diagnostic, nous avons pu voir des élèves à l’œuvre. Nous avons été étonnées de la qualité des processus mis en place pour « s’entendre » avec la cliente. Quelques gestes, un book de coiffure, un petit tableau blanc pour écrire (dans les faits très peu utilisé) et un peu d’astuce… et ça marche ! En fait, les élèves, qui ne peuvent entendre le discours de la cliente, sont de suite très attentifs à son attitude, à son langage corporel. Ce que l’on apprend en cours de visagisme, à savoir se focaliser sur la gestuelle de la cliente plutôt que sur ses paroles, ces élèves le font instinctivement. Quant à la nature des échanges, passé les premiers instants, elle est beaucoup plus sincère, et fait rapidement place à des rires et à une agréable complicité.

Nous avons vécu cette journée comme une incroyable opportunité. Celle de découvrir de futurs professionnels motivés, réalistes, qui font preuve au quotidien de qualités que l’on ne retrouve pas spontanément chez tous les adolescents de leur âge.

Pour en savoir plus :

L’INJS :
Cet institut accueille les jeunes de 3 à 20 ans. En fonction de leurs aspirations, il leur propose différents parcours de scolarité et de la formation professionnelle dans plusieurs filières, dont la coiffure.
https://www.injs-paris.fr/page/linstitut

Embaucher un travailleur handicapé :
Tout employeur peut bénéficier d’aides financières en cas d’embauche d’un salarié handicapé. Il doit faire une demande auprès de l’Agefiph, Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées.
https://entreprendre.service-public.fr/vosdroits/F15204